À propos

Cette page migre bientôt vers Heurist et sera accessible sur la page suivante :

https://bit.ly/georecits

Ce travail bénéficie du soutien financier de l’Institut Convergences MIGRATIONS porté par le CNRS, portant la référence ANR-17-CONV-0001

À l’intersection de l’anthropologie, de la sociologie, de la science politique et de  l’histoire, Géo-récits a pour objectif de produire une connaissance sur les migrations dites “qualifiées”  (Rygiel 2008, Chaabane, 2008, Groppo, 1996, Kevonian & Tronchet 2013, Laborier 2020). Les  scientifiques, étudiants avancés, enseignants et chercheurs en poste, mais aussi les artistes, sont en effet  des catégories socio-professionnelles plus à même de devoir s’exiler. Notre ambition est d’analyser et  de représenter leurs parcours de manière innovante à travers des cartographies narratives (deep map)  (Rossetto, 2017 ; Bodenhamer et al, 2015) permettant à la fois de visualiser et de donner à entendre  (Lipari, 2014) leurs spécificités.

Géo-récits a une vocation collaborative en mobilisant, dans un premier temps, des données recueillies  (notamment des récits de vie) par les membres de Géo-récits sur le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord,  l’Europe de l’Est, les Balkans et l’Amérique du Sud. Il s’agit aussi d’impulser dans un second temps  une nouvelle dynamique de recherche en intégrant d’autres chercheurs de l’IC Migrations, notamment dans le  cadre du groupe sur les migrations privilégiées. La plus-value de Géo-récits est de combiner de manière  dynamique plusieurs types de données et de représenter ce qui est mal représentable (le mouvement,  notamment). En naviguant dans des corpus complexes et en combinant la diversité des dimensions  spatio-temporelles et affectives des expériences, l’outil cartographique proposé permettra d’explorer  finement les parcours, les identifications, les modes d’insertion.  

Ayant pour point de départ une diversité de lieux, l’analyse de  trajectoires permet de saisir la spécificité éventuelle des migrations qualifiées. Nous formaliserons les  variables de la migration en fonction des contextes politiques, de la diversité des conditions de vie  avant la migration, des conditions de départ, du genre, des langues et des conditions d’accueil/de  passage/de retour. Elle contribuera ainsi à l’analyse des circulations transnationales et aux échanges  avec les élites politiques, artistiques et scientifiques des pays d’origine. Il s’agira également de s’intéresser à la perspective féminine et LGBT pour évaluer si les effets de la qualification en exil jouent  plus encore en défaveur de ces groupes ou sont au contraire des facteurs d’autonomisation et  d’ascension. Enfin, en tenant compte du contexte historique et social, Géo-récits permettra de restituer  les transformations de ce que veut dire migrer pour des personnes qualifiées ou privilégiées en France  et de leurs difficultés dans les années 1960 ou aujourd’hui.  

Ce projet se base sur les premiers résultats de différents projets terminés ou en cours qui partagent un  même intérêt pour les trajectoires de vie de migrants qualifiés au sein de différentes populations  (Turquie, Grèce, Syrie, Egypte, Iran, Irak, Uruguay, Pologne, Bulgarie, ex-Yougoslavie, Kurdes). Ces  trajectoires seront réalisées de manière collaborative avec les personnes concernées et fixeront les  bornes temporelles (entretiens avec les personnes). L’approche de cartographie narrative ou deep maps (Baussant, 2018 ; Rossetto, 2017; Caquard, 2014; Bodenhamer et al, 2015) permet de décloisonner les  récits de vie de l’ancrage territorial des études migratoires et des temporalités dans lequel les témoins  et les chercheurs s’inscrivent (Galloro, Pascutto et Serré 2010). Surtout elle permet d’interroger les  points de bascule des trajectoires et les moments de (dé)qualification dans les parcours de vie ; les  circonstances permettant un retour ou des liens avec la région d’origine.  

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search